Avenir de la politique de cohésion : "La France s'en sort plutôt bien"

Avenir de la politique de cohésion : "La France s'en sort plutôt bien"

Publié le 25/06/2018

Le nombre de "régions en transition" devrait passer de 10 à 21 pour la France, selon les propositions de la Commission

Le nombre de "régions en transition" devrait passer de 10 à 21 pour la France, selon les propositions de la Commission, qui a décidé de conserver l'ancien périmètre des régions françaises pour la mise en oeuvre de la programmation 2021-2027 de la politique de cohésion. Une avancée qu'il va falloir préserver au cours de la négociation, insiste le Sénat dans une proposition de résolution. Car ce n'est pas du goût de tous les pays.

"La France s'en sort plutôt bien, mais rien n'est gagné", a estimé le sénateur Bernard Delcros (Cantal, UDI), jeudi 21 juin, à l'occasion de l'examen d'une proposition de résolution sur la politique de cohésion 2021-2027 des trois commissions de l'Aménagement du territoire, du Développement durable et des Affaires européennes. 

Depuis la présentation des propositions budgétaires de la Commission, le 2 mai, et plus précisément du budget alloué à la politique de cohésion, le 1er juin, "les pays de l'Est sont complètement remontés", a témoigné le sénateur du Cantal. Ces derniers sont en effet les premières victimes de la baisse de 46% des crédits du Fonds de cohésion auquel la France, elle, n'est pas éligible. "On assiste à un glissement des pays de l'Est vers le Sud", a-t-il commenté, sachant que le PIB reste le principal critère de calcul pour les enveloppes nationales. Par ailleurs "les pays du Nord veulent supprimer la catégorie des régions en transition, ce qui ne serait pas bon du tout pour la France", a mis en garde Bernard Delcros. 

En savoir plus [www.caissedesdepotsdesterritoires.fr]